Portrait de recruteur : Mathilde

26 juillet 2019

Pour notre premier portrait de recruteur, nous sommes allé interviewer une recruteuse Nantaise, Mathilde.

Hello Mathilde,
comment es-tu tombée dans le recrutement ?

Axone, cabinet de recrutement et de chasse de tête

J’étais initialement professeur des Ecoles et j’ai découvert le dynamisme des RH suite à une expérience au Canada. Un master RH plus tard je commençais en recrutement comme une ‘porte d’entrée’ vers les RH. Et le recrutement est devenu une passion donc j’y suis restée !

Peux-tu nous présenter ton métier ?

Je suis recruteuse dans un cabinet de conseil RH généraliste d’une dizaine de personnes à Nantes : Axone. C’est un travail exigeant qui nécessite une grande disponibilité et adaptabilité.

J’ai tendance à me définir comme une sorte de Sherlock Holmes : la première partie de mon travail est de trouver le bon profil pour mon client. Ensuite, je noue une relation avec lui sur la durée en ayant un rôle de conseil. Mon objectif premier est d’apporter aux candidats une opportunité qui leur permettra de monter en compétences. Aujourd’hui, ce qui prime est la relation « gagnant/gagnant » afin que notre candidat s’épanouisse professionnellement et qu’il perdure au sein de l’entreprise.

Comment se passe un recrutement ?

Je commence par creuser le besoin en essayant un maximum d’aller à la rencontre de nos clients. Je me rends sur les sites, je discute avec les directeurs, les managers, les opérateurs. Le but est double : je veux m’imprégner de la culture d’entreprise, des valeurs, de l’ambiance et je veux comprendre les attentes de mon client, identifier ce qui manque, pour me faire une idée des compétences et du caractère du candidat idéal.

Ensuite, après avoir ciblé les bons profils, je les approche ‘pour discuter et faire un point carrière’. Je ne parle pas de l’opportunité avant le 3ème contact.

Qu’est ce que tu aimes dans ton travail ?

Dans le métier du recrutement, le lien humain que l’on construit avec ses candidats est fort ! Je reçois des textos de remerciements de candidats, ou des demandes de conseil d'anciens candidats maintenant en poste (par exemple ‘comment demander une augmentation à mon responsable’). Voir grandir les candidats me rend fière.

Au sein de mon cabinet, j'ai une grande autonomie et liberté d’action. On se définit souvent comme « drôlement sérieux ». Nous gérons nos dossiers dans leur globalité, de la relation avec les clients, en passant par le sourcing, la persuasion, la phase de tests et de rédaction des comptes-rendus, le placement chez le client, et enfin par le suivi des candidats après leur embauche...

Qu’est ce qui est le plus dur dans ton travail ?

Ne pas trouver le bon profil ! Parfois c’est un marathon et il faut avoir l’endurance d’aller jusqu’au bout.

Egalement, faire une réponse négative de qualité à un candidat. Le but est de continuer à être dans la posture de conseil auprès de son candidat même lorsque le client ’n’a pas eu le feeling’…

Une anecdote de recrutement ?

Pour un recrutement de commercial poids-lourds, j'ai fait quelques « afterworks » dans les bars près des entreprises de transport et des concessions pour aller à la rencontre des candidats potentiels !


Un recruteur en plein sourcing

Bonne chasse :)


Vous avez aimé cet article ? Découvrez nos articles sur le même thème !